Retrouver l’animal·e

En cours, graphite, 100 x 120 cm
Bourse accordée par la Région Centre-Val de Loire pour ce projet

« Écouter les idées du monde (les idées qu’a le monde) ce serait ça : se demander ce que ce serait d’être fleuve, d’être plante, d’être cratère, d’être vent… »
Marielle Macé, Nos cabanes

Dans Retrouver l’animal·e je pense à la forêt d’Orléans qui m’a vue grandir, aux roses de ma grand-mère, aux cormorans séchant leurs ailes, aux souvenirs d’animaux croisés, observés, à leurs regards, aux fougères dont la structure fait penser à de petits os, à l’odeur neuve des plantes,au bruit des insectes…
À travers le dessin sur grand format Retrouver l’animal·e explore la relation entre vivants et vivantes, nos similarités, tente de faire intervenir ce qui ne s’attrape pas.